dates festival

HOMMAGES ET RÉTROSPECTIVES

Rodrigo Sorogoyen

En sa présence

En l’espace de seulement six ans, Rodrigo Sorogoyen a réalisé quatre longs métrages et une série pour la télévision qui ont fait de lui un cinéaste incontournable du cinéma espagnol contemporain. Né en 1981 à Madrid, passé par l’école de cinéma l’ECAM, Rodrigo Sorogoyen tourne un premier film à sketches à l’âge de vingt-cinq ans, 8 citas (2008), puis travaille principalement pour la télévision. En 2013, son premier long métrage, Stockholm, lui assure une reconnaissance dans son pays où il remporte le prix du meilleur réalisateur au Festival du film de Malaga. Mais cette histoire de flirt qui tourne au drame, tourné avec deux comédiens pendant seulement treize jours, ne laisse en rien deviner l’ampleur de Que Dios nos perdone, son film suivant datant de 2016. Ce polar psychologique extrêmement noir, porté par le duo Antonio de la Torre-Roberto Álamo, le catapulte en chef de file d’un cinéma espagnol policier en vogue. El reino, en 2018, confirme sa position de maître du polar et décroche de nombreuses récompenses à la cérémonie des Goya tandis que Madre, en 2019, démontre son habilité à travailler sur des sujets plus intimistes et risqués. En 2020, on peut découvrir sa mini-série Antidisturbios en six épisodes sur Canal+ puis en 2022, As bestas, révélé au dernier Festival de Cannes, porté par un impressionnant casting franco-espagnol (Denis Ménochet, Marina Foïs et Luis Zahera) devient son plus gros succès en salles en France.
Il travaille en tandem avec Isabel Peña sur ses scénarios et demeure fidèle autant à ses techniciens qu’à ses comédiens. Grâce à la société Caballo Films, qu’il fonde avec trois partenaires en parallèle du tournage de Stockholm, Rodrigo Sorogoyen a su trouver une place singulière entre cinéma indépendant et commercial. Son cinéma s’attaque de front à des sujets brûlants (corruption, violences policières, xénophobie) pour en faire des récits universels dans la droite lignée d’un certain cinéma engagé des années 70. Il travaille les scènes longues et les changements de tonalité à l’intérieur même d’une même séquence (exemplairement dans l’ouverture de Madre qui passe d’une situation banale à une tension extrême en quelques minutes) ce qui rend ses films imprévisibles. Pour sa 35e édition, le Festival Premiers Plans est heureux de vous proposer la première rétrospective en France de Rodrigo Sorogoyen.

Remerciements au Pacte, Outsider Pictures, Movistar, Canal+ et ZDF Studios



Longs métrages
Stockholm
Espagne - 2013
Que Dios nos perdone
Espagne - 2016
El reino
Espagne / France - 2018
Madre
Espagne / France - 2019
 
Antidisturbios
Espagne - 2020
As bestas
Espagne - 2022