dates festival

HOMMAGES ET RETROSPECTIVES

Mia Hansen-Løve


© Les films du losange
Un beau matin


Mia Hansen-Løve
2022 - France / Royaume-Uni / Allemagne - 1h52

Sandra, jeune mère qui élève seule sa fille, rend souvent visite à son père malade. Alors qu'elle s'engage avec sa famille dans un parcours du combattant pour le faire soigner, elle rencontre Clément, un ami perdu de vue depuis longtemps.
« Là où le précédent film de Mia Hansen-Løve, Bergman Island, était ouvert aux quatre vents (du romanesque, de la mise en abyme, du grand air suédois), Un beau matin commence dans la douleur compressée d'une porte d'appartement fermée. Sandra vient rendre visite à son père qui, atteint d'un syndrome neurodégénératif, commence à ne plus distinguer le monde autour de lui, objets, personnes, sens des choses et des mots. Il faut donc lui indiquer comment ouvrir une porte, comment diriger ce qu'il lui reste de regard bleu pour ne pas perdre totalement le fil de la fin de son existence – et l'on imagine combien, pour une cinéaste (puisque Sandra est un alter ego de Mia Hansen-Løve), ce constat de cécité peut être singulièrement douloureux. Pendant tout le film, Sandra rend visite à Georg d'Ehpad en Ehpad, cherchant à contrer la solitude grandissante à laquelle la maladie le condamne, ce « froid dans la tête » qu'il décrit sans oser se plaindre. La rencontre entre Léa Seydoux et Pascal Greggory relève d'une telle évidence que les acteurs s'effacent bien vite pour laisser la place entière à leur personnage : dépouillée de toute son aura glamour, Léa Seydoux n'a pas le temps ici de se laisser regarder par les hommes, ou choyer par la caméra ; elle marche dans l'hiver, elle roule – les scènes de vélo ont toujours été des passages clés chez la cinéaste – dans l'été, elle essaie de rattraper son père par un bout (les livres) ou l'autre (la musique). (…) C'est le charme poignant des plus beaux films de Mia Hansen-Løve qui opère ici, faisant de son héroïne une éternelle adolescente, sac sur le dos et larmes aux yeux, pleine de chagrin mais gardant espoir. » (Laura Tuillier ; Libération)
GENERIQUE


Interprétation :Léa Seydoux, Pascal Greggory, Melvil Poupaud, Nicole Garcia, Camille Leban Martins, Sarah Le Picard

Scénario : Mia Hansen-Løve
Image : Denis Lenoir
Son : Vincent Vatoux
Montage : Marion Monnier

Production : Les Films Pelléas, Mubi, Razor Film Produktion GmbH, ARTE France Cinéma

Distribution : Les Films du Losange