du 17 au 26 janvier 2011

LE JURY OFFICIEL

JURY LONGS MÉTRAGES

 

© L._Champoussin_3B-Bunbuku-MiMovies-FR3_Cinema
JULIETTE BINOCHE • PRÉSIDENTE JURY LONGS MÉTRAGES Actrice / France
Juliette Binoche fait ses débuts avec Jean-Luc Godard dans Je vous salue, Marie puis se révèle l’année suivante dans Rendez-vous d’André Téchiné. Elle est ensuite dirigée par Leos Carax dans Mauvais sang et Les Amants du Pont-Neuf et connaît très vite une renommée internationale avec L’Insoutenable légèreté de l’être de Philip Kaufman et Fatale de Louis Malle. Elle tourne par la suite avec de nombreux réalisateurs internationaux comme Krzysztof Kieślowski (Trois couleurs : Bleu), Anthony Minghella (Le Patient anglais, Par effraction), Michael Haneke (Code inconnu, Caché), John Boorman (In My Country), Abel Ferrara (Mary), Hou Hsiao-Hsien (Le Voyage du ballon rouge), Amos Gitaï (Désengagement), Abbas Kiarostami (Copie conforme), David Cronenberg (Cosmopolis), Naomi Kawase (Voyage à Yoshino) et avec des réalisateurs français comme Jacques Doillon (La Vie de famille), Jean-Paul Rappeneau (Le Hussard sur le toit), Diane Kurys (Les Enfants du siècle), Patrice Leconte (La Veuve de Saint-Pierre), Cédric Klapisch (Paris), Olivier Assayas (L’Heure d’été, Sils Maria, Doubles vies), Bruno Dumont (Camille Claudel 1915, Ma Loute), Claire Denis (Un beau soleil intérieur, High Life), Safy Nebbou (Celle que vous croyez). Juliette Binoche s’aventure dans d’autres disciplines artistiques comme la danse auprès du chorégraphe Akram Khan pour le spectacle In-I et la peinture avec son exposition Portraits In-Eyes. Sa carrière est régulièrement couronnée lors de récompenses cinématographiques avec notamment un Oscar et un César et des prix d’interprétation dans les plus grands festivals internationaux. À l’affiche le 25 décembre dans La Vérité d’Hirokazu Kore-eda, Juliette Binoche sera cette année dans La Bonne Épouse de Martin Provost et Le Quai de Ouistreham d’Emmanuel Carrère.

©Marikel Lahana
SOPHIE HUNGER • Auteure, compositrice, interprète / Suisse
Née en Suisse, Sophie Hunger devient à 19 ans chanteuse pour le collectif électro Superterz, puis, entre 2004 et 2007, leader du groupe Fisher. Son premier album solo Sketches on Sea (2006) révèle un style intense, tout en retenue. Son album suivant Monday’s Ghost (2008) atteint le sommet des classements suisses et lui vaut alors l’attention de l’Europe entière. En 2010, elle devient la première artiste suisse à se produire à Glastonbury, où elle conquiert ses premiers fans anglais. Avec ses albums suivants 1983 (2010), The Danger of Light (2012) et Supermoon (2015), Sophie Hunger étoffe son style, optant pour des ballades blues très cinématographiques. Plus récemment, l’auteur compositeur interprète Steven Wilson l’a invitée à chanter en duo le titre Song of I sur son dernier album, atteignant la troisième place des classements anglais. En 2016, sa carrière connaît un nouveau tournant avec sa première bande originale pour le film Ma vie de Courgette, remportant de nombreux prix et une nomination aux Golden Globes et aux Oscars. Sa contribution lui vaut un prix Lumière et d’être nommée aux César. Depuis, elle a été sollicitée pour une collaboration au musée nomade de l’artiste Gregory Colbert et se prend à écrire des chroniques de fiction dans les journaux allemands Der Spiegel et Die Zeit. En 2018 sort son nouvel albumMolécules qu’elle décrit comme « l’électro-folk minimaliste ».
 

©Gilles Guerraz

SARAH SUCO • Actrice, réalisatrice, scénariste / France
Sarah Suco débute comme actrice dans le court métrage Les Figures de Louis-Julien Petit qu’elle retrouve ensuite pour Discount, Carole Matthieu et Les Invisibles. Elle tourne aussi dans La BelleSaison de Catherine Corsini, Orpheline d’Arnaud des Pallières,Aurore de Blandine Lenoir, Guy d'Alex Lutz, Place publique d'Agnès Jaoui, Comme des garçons de Julien Hallard. En parallèle, elle écrit des pièces de théâtre et réalise son premier court métrage Nos enfants, primés dans de nombreux festivals. Pour son premier long métrage, Les Éblouis, Sarah Suco est partie de son histoire personnelle, celle de son enfance dans une communauté charismatique pour raconter la dérive sectaire au sein d’une famille. Sorti en novembre dernier, le film remporte un beau succès public. Présenté au Festival d’Angoulême, il reçoit le Prix Célestine du meilleur film au festival de Bienne, le Prix Alice Nella Città du meilleur film au festival de Rome et le prix du public au Festival de Sarlat. Les Éblouis est également lauréat du Prix Cinéma 2019 de la fondation Barrière et son actrice Céleste Brunnquell est nommée au prochain Prix Lumières de la révélation féminine. On retrouvera Sarah Suco cette année dans Lucky d’Olivier Van Hoofstadt et elle tournera aux côtés de Sara Giraudeau et Pierre Deladonchamps dans le premier film de Muriel Magellan, La Page blanche.
 

©Johan Jacobs
LUKAS DHONT • Réalisateur, scénariste / Belgique
Lukas Dhont est diplômé de la faculté des arts de la Haute École de Gand (KASK). Ses courts métrages, Corps perdu et L’Infini, sont sélectionnés et primés dans de nombreux festivals dont le Festival international du film de Gand et le Festival international du court métrage de Louvain. L’Infini fait partie de la sélection pour les Oscars 2015. Durant ses études, il explore aussi les possibilités du documentaire en réalisant le court métrage Skin of Glass, programmé au Your Film Festival à Venise en 2012. En parallèle, il réalise plusieurs clips, dans lesquels il affiche son style cinématographique et son fort intérêt pour les thèmes liés à la jeunesse, la danse, la transformation et l’identité. Il collabore régulièrement avec le chorégraphe et danseur Jan Martens, avec lequel il co-signe le spectacle The Common People. Lukas Dhont développe son projet de premier long métrage Girl aux Ateliers d’Angers en 2016 puis à la Résidence de la Cinéfondation. Présenté au Festival de Cannes en 2018, le film obtient plusieurs prix dont la Caméra d’Or, la Queer Palm et le prix d’interprétation à Un Certain Regard pour Victor Polster. Sorti en octobre 2018, le film connaît une belle carrière internationale, remporte de multiples récompenses et obtient une nomination aux César et aux Golden Globes du meilleur film étranger.
 

©Johan Jacobs
FRANCO LOLLI • Réalisateur, scénariste / Colombie
Né en Colombie, Franco Lolli fait ses études de cinéma en France, au sein du département réalisation de La Fémis, d’où il sort diplômé en 2007, avec les félicitations du Jury. Son film de fin d’études, Como todo el mundo, tourné dans son pays natal, est sélectionné dans plus de soixante festivals internationaux et remporte vingt-six prix dont le Grand prix du Jury à Premiers Plans et au Festival de Clermont-Ferrand. Son deuxième court métrage, Rodri, est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 2012 puis à Premiers Plans et est à nouveau primé à Clermont-Ferrand. Écrit à la Résidence de la Cinéfondation, le scénario de son premier long métrage, Gente de bien, est lu à Premiers Plans en 2013, où le film revient en compétition une année plus tard. Gente de bien fait sa première mondiale en compétition à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes en 2014 puis voyage dans le monde entier en remportant plusieurs prix notamment à San Sebastián, Lima et La Havane. Tourné à Bogota, son nouveau long métrage Une mère incroyable, co-écrit avec Marie Amachoukeli et Virginie Legeay, a fait l'ouverture de la dernière édition de la Semaine de la Critique à Cannes et a remporté, entre autres, le prix du Meilleur film au Festival de Chicago. Il sortira en salles en France le 19 février prochain.
 
   

JURY COURTS MÉTRAGES

 
© Adrienne Bovet

CLAUDE BARRAS • PRÉSIDENT JURY COURTS MÉTRAGES Réalisateur, scénariste / Suisse
Après un diplôme d’illustration de l’école Emile Cohl et des cours d’anthropologie à l’université Lumière à Lyon, Claude Barras retourne en suisse pour se spécialiser en infographie à l’Ecal (école cantonale d’art de Lausanne). Il réalise de nombreux courts métrages dont Banquise, présenté à Premiers Plans en 2007 et au Festival de Cannes et Le Génie de la boîte de raviolis, récompensé dans de nombreux festivals dans le monde. En 2013, il débute la réalisation de son premier long métrage Ma vie de Courgette, adapté du roman Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris. Co-scénarisé par Céline Sciamma, le film est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2016 et connaît à sa sortie un important succès publique. Ma vie de Courgette a été vu dans une soixantaine de pays dont la Russie, la Chine et le Japon. Nominé aux Golden Globes et aux Oscars, Claude Barras remporte de nombreux prix dont deux César du meilleur film d’animation et de la meilleure adaptation, deux Cristals à Annecy et un European Film Award. Il développe actuellement deux nouveaux projets de longs métrages, tout en continuant son travail de production de courts métrages pour le collectif Hélium Films à Lausanne.
 

CRISTÈLE ALVES MEIRA • Réalisatrice, scénariste / France-Portugal
Comédienne de formation, Cristèle Alves Meira met en scène depuis l’âge de 20 ans (Les NègresSplendid’s de Genet, Vénus de Suzan-Lori Parks au théâtre de l'Athénée- Louis Jouvet). Elle réalise un premier documentaire au Cap-Vert, Som & Morabeza, où elle se pose la question de l’immigration dans les milieux lusophones en Afrique, à travers le thème de la musique, puis, sous le prisme de la jeunesse angolaise pour traiter de ses réalités sociales avec Born in Luanda. Son premier court métrage de fiction, Sol branco, est sélectionné dans plusieurs festivals internationaux dont Premiers Plans en 2015 puis son deuxième court métrage, Campo de Víboras, est sélectionné à la Semaine de la Critique puis à Premiers Plans en 2017. Tous deux sont tournés au Portugal. Cristèle Alves Meira est résidente aux Ateliers d’Angers avec le projet de son premier long métrage de fiction, Bruxa, développé à La Fémis. Son nouveau court métrage, Invisível Herói, en séance spéciale à la dernière édition de La Semaine de la Critique à Cannes, est présenté cette année à Premiers Plans.

 

©James Weston
NINA MEURISSE • Actrice / France
Nina Meurisse débute au cinéma auprès d’Isabelle Huppert dans Saint Cyr de Patricia Mazuy. Elle rencontre ensuite le réalisateur suisse Frédéric Mermoud avec qui elle tourne son premier court métrage L’Escalier puis le long métrage Complices avec Emmanuelle Devos. Elle enchaîne avec Mains armées de Pierre Jolivet, Avanti d’Emmanuelle Antille, Crawl d’Hervé Lasgouttes, Lulu, femme nue et Une vie aquatique de Sólveig Anspach, Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador, Africaine de Stéphanie Girerd, Je suis un soldat de Laurent Larivière, Une vie de Stéphane Brizé. Elle tourne à deux reprises pour Agnès Jaoui dans Au bout du conte et Place publique. Nina Meurisse continue de jouer dans de nombreux courts métrages dont Jeunesse des loups-garous de Yann Delattre, présenté à Premiers Plans et pour lequel elle reçoit le prix d’interprétation féminine. En octobre dernier, Nina Meurisse apparaît sous les traits de la photoreporter française Camille Lepage dans le film de Boris Lojkine, Camille. Le film, présenté notamment à Angoulême, permet à Nina Meurisse de remporter le prix d’interprétation féminine et d’obtenir une nomination de la meilleure révélation féminine aux prochains Lumières du cinéma.
 
   

JURY DIAGONALES

 


MARIE-PIERRE DUHAMEL MULLER
Programmatrice du Festival de Pingyao (Chine) / France
Après ses études de langue et civilisation chinoises, Marie-Pierre Duhamel Muller est chargée de la distribution de documentaires dans les vidéothèques publiques françaises puis entre au Centre National de la Cinématographie et à La Sept/Arte, à l’Unité Documentaires. Elle est ensuite responsable des productions documentaires de Pathé Télévision et productrice indépendante, auteure de documentaires, programmatrice et traductrice. Elle a longuement été, par ailleurs, correspondante pour le cinéma français et collaboratrice aux rétrospectives pour le Festival du Locarno, membre du Comité de sélection de la Mostra de Venise puis directrice artistique du festival Cinéma du Réel au Centre Georges Pompidou. Marie-Pierre Duhamel Muller enseigne dans plusieurs universités européennes et est, depuis 2017, programmatrice pour le Festival international de Pingyao en Chine, fondé par le cinéaste Jia Zhang-ke.
 


SANAM GHARAGOZLOU
Directrice marketing MUBI / France
Sanam Gharagozlou est directrice Marketing International chez MUBI, la plateforme de cinéma en ligne qui choisit avec soin un nouveau film par jour disponible pendant trente jours. À MUBI, elle a été responsable de la distribution des films, de la presse et des partenariats en particulier avec des institutions culturelles, notamment la Royal Academy, les galeries Serpentine et la Fondation Prada. En 2018, Sanam Gharagozlou produit son premier court métrage pour la Biennale d'Architecture de Venise, Trees Down Here de Ben Rivers, sélectionné aux festivals de Toronto, Londres, Mar del Plata et New-York.
 


MIGUEL DIAS
Directeur et programmateur Festival Curtas Vila do Conde / Portugal
Miguel Dias est le co-fondateur, directeur et programmateur du festival international Curtas Vila do Conde. Créé en 1993, le festival se compose entre autres d’une compétition de films, de rétrospectives, d’installations vidéo et de ciné-concerts. Programmateur pour le Short Film Day au Portugal, il est également directeur de l’agence portugaise de court métrage pour la promotion et la distribution international des courts métrages portugais. Il a été producteur et programmateur au département cinéma, audiovisuel et multimédia de « Porto 2001, capitale européenne de la culture » et du festival « Odisseia Nas Imagens ». Miguel Dias organise aussi des rétrospectives et des événements cinématographiques au Portugal et dans le monde entier, spécialement pour les courts métrages et le cinéma contemporain portugais.
 
l>