du 17 au 26 janvier 2011

HOMMAGES ET RÉTROSPECTIVES

Raymond Depardon

En sa présence et celle de Claudine Nougaret
Après deux décennies passées à gagner ses galons de photographe professionnel puis à asseoir son indépendance, Raymond Depardon ouvre une carrière parallèle en signant son premier long métrage, 1974, une partie de campagne. Censuré, le film ne verra le jour qu’en 2002, mais loin d’avoir mis un terme à cette seconde activité, cette plongée dans les coulisses de la campagne de Valéry Giscard d’Estaing fonctionne pour Depardon comme un exercice d’apprentissage. Caméra à la main, il suit au plus près les pérégrinations du futur président, réussissant à se faire oublier, que ce soit dans l’intimité de discussions en cercles restreints comme dans des situations prises sur le vif. Au montage, il n’ajoute aucune voix off ni commentaire. En 21 longs métrages, Depardon a perfectionné cette méthode autour d’institutions qui lui permettaient de filmer des rencontres fortes : un commissariat de police dans Faits divers, les urgences psychiatriques dans Urgences ou encore le bureau d’un substitut du procureur dans Délits flagrants. Les paroles enregistrées de personnes malades, à bout, délinquantes, misérables, créent un aperçu des névroses de la capitale et révèlent les injustices et la souffrance de populations oubliées et marginalisées. À l’inverse, dans sa trilogie regroupée sous le titre Profils paysans, Depardon filme le monde paysan dont il est issu comme mutique, au bord de l’extinction. Il garde également une passion vivace pour l’Afrique qu’il a découvert à 18 ans lors d’une expédition au Sahara. Il y tournera deux films entre la fiction et le documentaire dont La Captive du désert avec Sandrine Bonnaire qui s’inspire de la détention vécue par Françoise Claustre pendant deux ans et demie au Tchad dans les années 70. Son dernier film, 12 jours, sort en salle en 2017 et a remporté un franc succès. Accompagné de Claudine Nougaret, avec qui il collabore depuis le milieu des années 80 et qui lui a apporté son talent d’ingénieure du son, Raymond Depardon viendra poser son regard humaniste au Festival Premiers Plans.



1974, une partie de campagne France 1974 1h30
Reporters France 1981 1h30
San Clemente France 1982 1h30
Faits divers France 1983 1h48
Les Années déclic France 1984 1h05
Empty Quarter France 1985 1h25
Urgences France 1988 1h45
La Captive du désert France 1990 1h26
Délits flagrants France 1994 1h49
Afriques : comment ça va avec la douleur ? France 1996 2h45
Paris France 1998 1h37
Profils paysans : l'approche France 2001 1h28
Un homme sans l'Occident France 2002 1h44
10e chambre - Instants d'audience France 2004 1h45
Profils paysans : le quotidien France 2005 1h23
Profils paysans : la vie moderne France 2008 1h28
Journal de France France 2012 1h40
Les Habitants France 2016 1h24
12 jours France 2017 1h27


Raymond Depardon © Palmeraie et désert La Captive du désert © Palmeraie et désert