du 17 au 26 janvier 2011

HOMMAGES ET RETROPECTIVES

Pedro Almodóvar

En présence de Antxón Gómez, Lola Dueñas, Assumpta Serna et Frédéric Strauss


Figure majeure de la Movida dans les années 80, Pedro Almodóvar fait ses armes dans les milieux underground du Madrid des années 70. Dans l'effervescence culturelle qui agite l'Espagne suite à la libération du joug du général Franco, Almodóvar touche à tout : il réalise des romans photos, collabore à des revues underground, fait partie d'une troupe de théâtre amateur et chante dans un groupe punk rock ! Entre 1974 et 1978, il réalise également une dizaine de courts métrages, aujourd'hui invisibles, avec une super 8, et apprend le métier de manière autodidacte.
Très controversé dès ses premiers longs métrages, exubérants et joyeux, la popularité du cinéaste et le succès de ses films ne cessent de croître jusqu'à Femmes au bord de la crise de nerfs en 1989 qui lui vaut une reconnaissance internationale avec une sélection à Venise et à Berlin, ainsi qu'une nomination pour les Oscars en tant que meilleur film étranger. Son cinéma, peuplé de marginaux, de travestis, de femmes de ménage, de prostituées, de bonnes soeurs ou de junkies, bouscule une Espagne qui peine à se libérer de ses traditions. Ses films transgressent les tabous, notamment sexuels. Dans Matador, Diego et Maria cherchent à atteindre l'orgasme ultime : jouir et mourir, un jour d'éclipse.
Toutefois, cette outrance baroque et colorée masque le genre classique qu'Almodóvar a toujours souterrainement travaillé : le mélodrame. En 1991, il réalise Talons aiguilles avec Victoria Abril, qui lui apporte la consécration. S'ensuit une série de films au style toujours plus affiné, cohérent et personnel. La fin des années 90 et le début des années 2000 pourraient être considérés comme son âge d'or ; il enchaîne les films avec un rythme déconcertant, reçoit de nombreux prix (dont 2 Oscars) et offre des rôles inoubliables à certains de ses acteurs, et surtout de ses actrices fétiches, Penelope Cruz, Antonio Banderas, Rossy de Palma, Carmen Maura, Marisa Paredes… S'il a conservé quelque chose de son expérience du théâtre, c'est l'effet troupe, travaillant fidèlement avec les mêmes collaborateurs, à commencer par son frère Agustín, avec qui il fonde la société de production El Deseo en 1986.
Avec Luis Buñuel, Almodóvar est sans conteste le cinéaste espagnol le plus célèbre de l'histoire du cinéma. Son nom seul signe les génériques de ses films et convoque tout un imaginaire haut en couleurs qui l'accompagne depuis plus de 30 ans. Ses films les plus célèbres font écho avec d'autres plus confidentiels, qui dessinent la trajectoire d'un réalisateur à contre-courant, qui a réuni les contradictions de la société espagnole moderne. Dan un de ses films, Almodóvar lui-même, dans le rôle d'un créateur de mode explique : « Le pays est divisé en deux, il y a les envieux et les intolérants », « De quel côté êtes-vous ? », lui demande-t-on. « Les deux ».


Matador
1986
 
 
Kika
1993
 
Volver
2006
 
Julieta
2016